La restauration de meubles en marqueterie du XVIIIe siècle

À partir du XVIIe siècle, Marqueterie était une technique décorative populaire sur des meubles. Il impliquait une variété de placages colorés dans une structure en bois, souvent en motifs ou en scènes picturales. Parce que la marqueterie est tellement délicate, elle est particulièrement sensible aux dommages causés par l’eau. L’exposition à l’eau peut amener le bois à réagir, soulever et couvrant les éléments. Pour sauver l’incrustation originale, la restauration des meubles de marqueterie est importante.

Au dix-septième siècle, le style de la Renaissance est devenu à la mode, surtout en France. Les Français ont fait de beaux morceaux de meubles et étaient très populaires dans la période de la Renaissance. Cependant, ce style était en grande partie absent en Angleterre jusqu’au règne de la reine Elizabeth I. Bien que la marqueterie soit rare en Angleterre au cours de cette période, c’était à la mode en Italie au cours du XVIe siècle. On pense que les Romains étaient les instigateurs originaux de la technique, car leurs sols en marbre et leurs mosaïques ont incorporé cette technique.

La nature extravagante de Louis XIV a fait de la marqueterie une technique décorative populaire au cours de ses règles. Son époque a également vu l’introduction du motif de papillons et ses techniques de régence ont été simplifiées. À la fin du XVIIe siècle, le style de la Renaissance française avait atteint son zénith, avec l’ajout de la frise. Un Cabinker bien connu, Charles Cessent, formé comme sculpteur, constituait des bronzes incorporés dans des meubles comme des éléments sculpturaux.

La popularité de Marqueterie s’est poursuivie au cours du 18ème siècle. Il a été introduit pour la première fois en Angleterre après la restauration de Charles IIS. Les maîtres artisans européens sont arrivés en Angleterre au début du XVIIIe siècle et une marque chère Marqueterie florale est devenue populaire. Peu de temps après, les cas d’horloge longcase et des armoires sont devenus populaires. La Renaissance française au 18ème siècle a aidé la reprise de la technique. À la fin du XVIIIe siècle, les designers français et anglais ont commencé à créer des pièces chères et flamboyantes pour la noblesse.

La fin des années 1760 a vu la reprise de la marqueterie comme matériau décoratif. À Londres, ce style était associé au goût français, et il a commencé à apparaître dans des meubles fabriqués par John Linnell, Pierre Langlois et Thomas Chippendale. Certains de ces artisans étaient connus pour leur renommée dans le commerce de la marqueterie. En plus d’être des artisans talentueux, ces techniques artisanales ont continué d’être populaires tout au long du dix-huitième siècle.

Aujourd’hui, les technologies de pointe sont utilisées pour restaurer les meubles de marqueterie. La découpe au laser nécessite une conception au format CAO et une machine à découper au laser doit être équipée d’un faisceau de puissance spécifique pour empêcher les coupes inégales. La chaleur élevée produite par ce processus peut également créer des bords sombres sur des meubles. En tant que boxwood ans, il tourne un bronzage d’or. Cette finition était autrefois considérée comme impossible à réparer. Des ébénisterie comme les ateliers d’art Very sont capables de restaurer des meubles anciens avec les mêmes techniques que autrefois.

Même au XVIIIe siècle, la marqueterie était une matière relativement rare sur des meubles en dehors de grands centres urbains. À Londres, cependant, il a été introduit dans des meubles lors de la restauration de Charles II. C’était principalement des incroyances néerlandaises qui ont apporté cette technique au pays. Les Néerlandais avaient une forte affinité pour le style chinois et ont introduit une marqueterie complexe à la défilation à la défilation à leurs meubles. En conséquence, la fusion des styles français et chinois avec marqueterie en Angleterre était limitée. À la fin du XVIIe siècle, un nouvel afflux d’artisans de Huguenot français s’est déplacé dans la ville. Après la restauration de Charles II, le nouvel afflux d’artisans a dominé le marché pour le reste du dix-huitième siècle.

La technique de Marqueterie diffère de l’ancienne métier d’incrustation. Inlay, implique de couper un morceau de matériau solide et de recevoir des sections d’un autre matériau. Les travaux d’incrustation peuvent être datés du 16ème siècle, mais sont généralement considérés comme plus décoratifs que la forme originale. Les inlays, d’autre part, peuvent être trouvés dans une variété de styles et de périodes. Le terme peut être déroutant lorsqu’il est appliqué aux meubles anciens.

Après la restauration du XVIIIe siècle, des meubles avec une décoration intégrée peuvent être remplacés ou ré-sécurisés. Il est important de récupérer toutes les pièces détachées pour protéger le design original. Dans certains cas, les couches de placage se détendent de la surface, de la chaîne ou de la bulle, et cela peut être corrigé par le conservateur. Dans de nombreux cas, toutefois, la restauration des meubles au XVIIIe siècle est une entreprise majeure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Post